Les différents types de métis

              Le métis est-il un individu maudit ? La métisse est-elle une personne qui rejetée par le Seigneur ? Qu’en pensent les Écritures ? Qu’en dit le Seigneur en personne? La question mérite d’être posée suite aux dires d’un certain nombre de prédicateurs ? De plus, chacun d’entre nous est confronté aux différents discours et propos tenus sur les réseaux sociaux relatifs à la malédiction présumée du métis et de la métisse. Oh ! Pauvres métis, qu’avez-vous fait d’abominable contre le Créateur ! Pour certains illuminés qui se qualifient d’initiés (à quelle science ?), les métis seraient des individus maudits par le Seigneur. Qui n’a pas été choqué ou interpellé par la violence symbolique de tels propos ? C’est dans ce sens qu’on est en droit de se demander ce qui amène ces prédicateurs d’un autre genre à tenir de tels propos et à enseigner ce genre de doctrines. Et vu le nombre croissant et insistant des de demandes  faites par des frères et des sœurs et même par des non-croyants qui m’ont demandé ce que j’en pensais, alors, dans un premier temps, je leur ai répondu qu’il fallait savoir ce que la bible pensait des métis et notamment quelle était la vérité et la véritable pensée du Seigneur sur la question.           

         Effectivement, après avoir parcouru les Écritures, nous sommes tous surpris qu’il n’y a qu’un seul texte dans la traduction œcuménique de la
Bible (TOB) qui, explicitement parle de métis tandis que les autres traduct-ions bibliques ne parlent que de « mélangé » ou de « peuple mélangé» (Voir Yelemiyah 25 :20). De même, que pense Yahmbé, le Créateur des métis ? En effet, qu’enseigne la bible au sujet des métis ? Les métis sont-ils maudits comme le prétendent certains mythomanes ? En quels termes  la Bible parle-t-elle du métis ? La Bible parle plutôt du métissage. Ce qui n’a rien à voir avec le métis. Ce qui est certain, la bible en général ne parle pas du métis. Et pourquoi ne parle-t-elle pas du métis ? C’est bien ce que nous allons voir dans les prochaines lignes.

1-Contextualisation de cet enseignement

Le métis est-il un individu maudit ? Pourquoi une telle question ? Qu’est-ce qui a poussé certains a penser et même à croire que le métis est maudit ? En effet, c’est le fait d’une extrapolation que de défendre une telle thèse. Car après avoir lu très superficiellement le récit de Genèse 6 où il est question de l’origine des génies appelés ailleurs les « nephillim » par les juifs talmudiques, et ce, à la suite de la corruption des êtres humains par les esprits mauvais venus du ciel, les habitants du ciel. On apprend que de mauvais esprits du ciel se sont accouplés aux filles des hommes. Et de ce métissage, de cette hybridation sont sortis les géants. Et ces géants n’étaient en fait que des métis. Je voudrais souligner ici qu’il n’y a pas meilleure manière, meilleur raccourci idéologique de créer une superstition. Car toute superstition naît d’une déformation d’un rituel, d’un fait ou d’une interprétation abusive d’un passage « biblique » et d’une compréhension subjective et tendancieuse d’un rite, d’une expérience, d’une parole dans le but d’interdire de faire quelque chose. C’est ici l’origine scripturaire ou biblique de la doctrine de la malédiction du métis. Il s’agit d’une vue de l’esprit et non une vérité spirituelle et biblique.

Pourquoi avons-nous posé cette sibylline question  de la malédiction du métis? C’est tout simplement pour répondre aux prédicateurs qui parlent et fantasment sur les métis. C’est aussi parce que beaucoup de nos frères Noirs, avec de meilleurs sentiments, s’appuient sur la Bible pour non seulement débiter des énormités en répandant de la haine et des inepties sans nom mais surtout pour jeter la confusion dans les esprits des frères dans l’espérance en Yeso, le Messie. Je dirais que ces hommes et femmes qui ont trituré, déformé la Bible lui font dire ce qu’elle n’a jamais dit ni prescrit. De plus, on dira même que ces derniers qui sont de toutes conditions, de toutes origines et de tous âges dans une posture vindicative, parlent avec dureté des choses qui n’ont rien à voir avec les Écritures et encore moins avec la pensée de Yahmbé.

2-Le mot « métis » dans la bible

Rappelons que dans tout le corpus de la bible, on ne trouve qu’une seule fois, une seule occurrence du mot « métis ».De plus, il faut préciser que cette occurrence du mot métis ne se trouve que dans la Traduction œcuménique de la Bible (TOB) et ce,  par hasard dans le livre de Yelemiyah au chapitre 25 versets 20. En effet, il s’agit d’une extrapolation des traducteurs et rédacteurs de l’Église catholique. De plus, le mot « métis » ici ne désigne pas un groupe ethnique comme c’était le cas dans le régime de l’Apartheid en Afrique du Sud mais un peuple des nations. Dans d’autres versions de la Bible, en lieu et place, le mot « métis » est remplacé par les noms de « mélangé » ou de « peuple mélangé ». À ce sujet, nous lisons : « À toute l’Arabie, à tous les rois du pays d’Uts, A tous les rois du pays des Philistins, À Askalon, à Gaza, à Ekron, et à ce qui reste
d’Asdod; » Yelemiyah 25 :20. Louis Segond.

« Et à tout le mélange [d’Arabie], et à tous les Rois du pays de Huts; et à tous les Rois du pays des Philistins, à Askélon, Gaza, et Hékron, et au reste d’Asdod. » Yelemiyah 25 :20. Martin.

« […] et à tout le peuple mélange, et à tous les rois du pays d’Uts, et à tous les rois du pays des Philistins, et à Askalon, et à Gaza, et à Ekron, et au reste d’Asdod; » Yelemiyah 25 :20. Darby.

«And all the mingled people, and all the kings of the land of Uz, and all the kings of the land of the Philistines, and Ashkelon, and Azzah, and Ekron, and the remnant of Ashdod, » Yelemiyah 25:20. King James.

«and all the mingled people, and all the kings of the land of Uz, and all the kings of the land of the Philistines, and Ashkelon, and Gaza, and Ekron, and the remnant of Ashdod; » Yelemiyah 25:20. Version Anglaise Révisée.

Le mot « mélangé » ou expression « peuple mélangé »  servent à désigner les populations qui habitaient dans le royaume de Saba. Il ne faut surtout confondre « Saba »  avec « Seba ». Car l’un ne vaut pas l’autre. Saba n’est pas Seba. Car Séba réfère à Cusch. Au départ, il désignait le fils aîné de Fils de Cusch (1 Chroniques 1:9 ) et il correspond au territoire qui couvrait l’actuel Yémen et l’Éthiopie. Tout le monde a entendu parler de la Reine de Seba. (2Chroniques 9 :1,3, 9 ; 1 Rois 10 :1 ; Mateyah 12 :42).

Par contre, Saba très récemment fut un royaume situé au midi de l’Arabie actuelle sur l’ancien territoire des Nabatéens. Le royaume de Saba envahit le royaume de Seba au Xe siècle av. Y le Messie.  Aux temps de la fin, les rois de Tarsis et des îles paieront des tributs, Les rois de Séba et de Saba offriront des présents (Psaume 72:10). Ainsi on parlait du royaume de Saba mais il désigne aujourd’hui : l’Arabie, nom donné par les romains à l’ancien territoire des Nabatéens. Ce mot Arabie dans le récit biblique est aussi une extrapolation. Car aux temps du prophète Yelemiyah, le nom Arabie n’existait et l’Arabe n’existait pas non plus. Car c’est la puissance Romaine que ce nom Arabie a été retenu et divulgué. Nous lisons dans cette version œcuménique ce qui suit : « 20 tous les métis et tous les rois du pays de Ouç ; tous les rois du pays des Philistins : d’Ashqelôn, de Gaza, d’Eqrôn, et de ce qui reste d’Ashdod ;» Yelemiyah 25 :20. TOB.

3-Pourquoi la bible ne parle pas du métis ?

La bible ne parle pas du « métis » parce que le métis n’est pas un problème et ne saurait constituer une abomination, une horreur aux yeux de Yahmbé De plus, si la bible ne parle pas du métis mais plutôt du métissage, c’est parce qu’il met en exergue la loi de la causalité. Autrement dit, le Seigneur ne s’intéresse pas au détail mais plutôt à l’essentiel. La bible met l’accent sur le métissage et l’hybridation (cause, processus) plutôt que  le métis ou la métisse (effet). Le métissage ou l’hybridation sont  la cause, la façon de procéder, de faire quelque chose. Il est aussi l’intention, la motivation ou le mobile. Tandis que le métis ou la métisse sont l’effet, la conséquence, la suite ou le résultat. La raison est que le Seigneur s’intéresse plus à la cause, au processus qu’aux conséquences, aux effets ? Pour illustrer non seulement cette réalité mais surtout cette vérité prophétique, on comprendra que l’enfant n’est pas responsable des actions de ses parents. Comme la forme trahit le fond. Le processus est plus important que la manifestation. C’est bien dans cet esprit que Yeso, le Messie, par ailleurs, disait : « Vous avez appris qu’il a été dit: Tu ne commettras point d’adultère (l’effet). Mais moi, je vous dis que quiconque regarde une femme pour la convoiter (la cause) a déjà commis un adultère avec elle dans son cœur.» Mateyah 5:27-28.Ici, Yeso insiste bel et bien sur l’intention qui vaut bien entendu l’acte. Le métis est l’acte, l’effet, le résultat alors que le métissage est l’intention ou la cause. En effet, le Seigneur s’intéresse plus à la cause qu’aux effets.

A-L’hybridation, le métissage

La parole dit « 19 Vous observerez mes lois.  « Tu n’accoupleras point des bestiaux de deux espèces différentes; […] tu n’ensemenceras point ton champ de deux espèces de semences;  et tu ne porteras pas un vêtement tissé de deux espèces de fils. »Lévitique 19 :19.

Si le métis est le fruit, le produit du métissage, l’hybride en est celui de l’hybridation. Nous retiendrons que le métissage est un processus et action de l’homme pour transformer la nature. Ainsi l’homme a le pouvoir non seulement de combiner ce qui est naturel avec ce qui est naturel mais aussi de lier ce qui est naturel avec ce qui n’est pas
naturel. La bible interdit expressément trois choses qui, spirituellement, sont ignobles devant le Créateur, Yahmbé. Il est interdit 
:

1-d’accoupler deux animaux de deux espèces

« Tu n’accoupleras point des bestiaux de deux espèces différentes; »Lévitique 19 :19.

     L’homme ne doit pas aller avec une bête ni avec des esprits. Ce sont des espèces différentes. Un homme Noir et une femme Blanche ou un homme Blanc qui épouse une femme Noire sont des individus de la même espèce. Cette union est licite, autorisée par le Seigneur. L’enfant métis/métisse qui en résulte n’est pas maudit/maudite ni rejeté/e par le Seigneur.

·        d’ensemencer deux espèces de semences végétales

« […] tu n’ensemenceras point ton champ de deux espèces de semences; »Lévitique 19 :19.  

Sur le plan humain, la semence de l’homme ne doit pas été mise dans une bête ou dans un esprit mauvais qui peut être un génie ou tout autre impur.

·        de tisser deux espèces de fils sur un vêtement.

« […] et tu ne porteras pas un vêtement tissé de deux espèces de fils. »Lévitique 19 :19.

            LES MÉTIS ET LES MÉTISSES SONT-ILS MAUDITS? QU’EN PENSE LA BIBLE?

 Le vêtement est ici le symbole de la stature de l’homme (spirituel).Ce qui, en d’autres termes, veut dire que l’homme spirituel ne doit pas s’allier à d’autres doctrines et enseignement. Le Seigneur interdit toute confusion, les amalgames .Il n’y a rien en commun entre un croyant et une non-croyante /une croyante et un non-croyant. La gloire ne doit pas être confuse.

La loi commence par la matière comprise ici dans le règne végétal, animal et plus tard dans le règne humain. Nous lisons : « Vous observerez mes lois. Tu n’accoupleras point des bestiaux de deux espèces différentes; tu n’ensemenceras point ton champ de deux espèces de semences; et tu ne porteras pas un vêtement tissé de deux espèces de fils. »Lévitique 19 :19. On retient ici qu’il ne faut pas unir deux espèces différentes, deux semences différentes et/ou entrecroiser deux ou plusieurs fils sur un même vêtement. Toutefois, dans ce deuxième texte qui dit : « Tu ne sèmeras point dans ta vigne diverses semences, de peur que tu ne jouisses ni du produit de ce que tu auras semé ni du produit de la vigne. » Deutéronome 22 :9-11, les Écritures interdisent apparemment la polyculture. Elle est favorable à la monoculture. Malheureusement, il faut se garder faire ce type de lecture de texte au premier degré.

Ainsi si le métis est le fruit, le produit du métissage, l’hybride en est celui de l’hybridation. Nous retiendrons que le métissage est un processus et action de l’homme pour transformer la nature. Ainsi l’homme a le pouvoir non seulement de combiner ce qui est naturel avec ce qui est naturel mais aussi de lier ce qui est naturel avec ce qui n’est pas
naturel.

B-L’union illicite

«  Celui qui est issu d’une union illicite n’entrera point dans l’assemblée de Yahmbé; même sa dixième génération n’entrera point dans l’assemblée de Yahmbé. » Deutéronome 23 :2.

Que signifie l’expression : union illicite ?

La Bible entend par : union illicite, une union interdite qui se passe entre des
individus qui, selon la loi, ne doit pas avoir lieu .Il s’agit des relations sexuelles interdites comme l’inceste( relation sexuelle entre les membres d’une famille), le viol, l’adultère, la pédophilie, la zoophilie, la nécrophilie, l’homosexualité tout ceci étant comprise comme étant la sodomie. Celle-ci consiste à pratiquer des relations sexuelles par voie anale, buccale, à plusieurs( partouzes), etc.).Il est une autre dimension de l’union illicite. On entend aussi par union illicite interdiction de s’unir, de se marier avec quelqu’un qui ne partage pas la même espérance spirituelle, la même foi, la même croyance avec un autre. De plus, une union illicite est une union physique (sexuelle), psychique et/ou spirituelle entre au moins deux personnes, entités qui, par nature  sont différentes et inconciliables. Le processus qui consiste à allier, unir, mettre ensemble deux choses, deux espèces ou deux semences différentes est appelé métissage ou hybridation. Ainsi nous lisons dans le texte du Deutéronome ceci : « Tu ne laboureras point avec un bœuf et un âne attelés ensemble. » Deutéronome 20 :10.Autrement dit, il ne faut pas atteler deux forces contraires ; c’est le cas avec le bœuf qui est le symbole de l’obéissance tandis que l’âne est le type de l’entêtement. Sur le plan physique, ces deux forces se neutralisent. L’une incarne l’énergie dynamique et l’autre l’énergie statique ou l’inertie. C’est une loi physique et même spirituelle de la contre -nature. Le métissage ou l’hybridation consiste aussi à marier, unir deux individus de nature physique et spirituelle différente et inconciliable. Ceci est sous-jacent ( caché) dans l’interdiction absolue de marier un croyant(e)avec un(e) non-croyant(e) ou deux individus qui ne partagent pas la même doctrine, le même enseignement ou courant de pensée comme nous le verrons plus tard.
Ainsi l’union de deux 
êtres, deux individus qui, par nature sont différents et opposés est appelé union illicite ou mariage mixte. C’est ce qu’il faut comprendre dans ce verset : «  quelle part a le fidèle avec l’infidèle? » Idée qui sera reprise aussi bien par  Yitsekah qui
faisait jurer son serviteur Eliezer de ne pas marier son fils à une fille étrangère qui sert un dieu étranger. Nous lisons :
« et je te ferai jurer par Eyo Tatah du ciel et le Tatah de la terre, de ne pas prendre pour mon fils une femme parmi les filles des Cananéens au milieu desquels j’habite, » Genèse 24 :3. C’est aussi dans ce sens que l’apôtre Paul disait : « 14 Ne vous mettez pas avec les infidèles sous un joug étranger. Car quel rapport y a-t-il entre la justice et l’iniquité? Ou qu’y a-t-il de commun entre la lumière et les ténèbres? 15 Quel accord y a-t-il entre Christ et Bélial? Ou quelle part a le fidèle avec l’infidèle? » 2Corinthiens 6 :14-15.

. C’est ce qu’il faut comprendre dans ce verset : «  quelle part a le fidèle avec l’infidèle? » Idée qui sera reprise aussi bien par  Yitsekah qui faisait jurer son serviteur Eliezer de ne pas marier son fils à une fille étrangère qui sert un dieu étranger. Nous lisons:  « et je te ferai jurer par Eyo Tatah du ciel et le Tatah de la terre, de ne pas prendre pour mon fils une femme parmi les filles des Cananéens au milieu desquels j’habite, » Genèse 24 :3. C’est aussi dans ce sens que l’apôtre Paul disait : « 14 Ne vous mettez pas avec les infidèles sous un joug étranger. Car quel rapport y a-t-il entre la justice et l’iniquité? Ou qu’y a-t-il de commun entre la lumière et les ténèbres? 15 Quel accord y a-t-il entre Christ et Bélial? Ou quelle part a le fidèle avec l’infidèle? » 2Corinthiens 6 :14-15.

C- Le mariage mixte

Enfin, nous avons le troisième groupe de textes qui parlent du
mariage mixte.

 « Yahundé/Juda s’est montré infidèle, Et une abomination a été commise en Israël et à Salamah; Car Yahundé a profané ce qui est consacré à Yahmbé, ce qu’aime Yahmbé, Il s’est uni à la fille d’un Yahmbé étranger. Yahmbé retranchera l’homme qui fait cela, celui qui veille et qui répond, Il le retranchera des tentes de Yaqubah, Et il retranchera celui qui présente une offrande A Yahmbé des armées. » Maleki 2 :11-12.

« 2 Alors Schecania, fils de Jehiel, d’entre les fils d’Élam, prit la parole et dit à Ézalah: Nous avons péché contre notre Yahmbé, en nous alliant à des femmes étrangères qui appartiennent aux peuples du pays. Mais Israël ne reste pas pour cela sans espérance. » Ezalah 10 :2.

« […] parce qu’ils n’étaient pas venus au-devant des enfants d’Israël avec du pain et de l’eau, et parce qu’ils avaient appelé contre eux à prix d’argent Balaam pour qu’il les maudît; mais notre Yahmbé changea la malédiction en bénédiction. » Néhémyah 13 :2.

Définition du mariage mixte:

Qu’est-ce que la Bible appelle ou considère comme un mariage mixte. Car le métis est le produit de deux parents de différentes natures, origine religieuse, géographique, ethnique. Mais le métissage qui est parlé dans la Bible concerne deux espèces différentes qui s’unissent. C’est le cas entre un homme et une bête, une entité et un humain, etc. C’est aussi cela que la Bible appelle : union illicite. Une union illicite se passe entre des individus qui, selon la loi, ne devraient pas s’unir ni se marier. On parlera aussi du mariage illicite entre un non croyant et une croyante, des rapports intimes (sexuels) entre un individu avec un autre qui est déjà marié, ou des rapports entre deux parents, etc.

Ces trois  textes dénoncent toute union contre nature, tout mariage avec quelqu’un qui ne partage pas la  même foi avec soi. Celle-ci se fait entre allogène et indigène. Ce dernier texte condamne toute mésalliance, tout attelage disparate. Un converti ne saurait s’allier à une inconvertie, comme une convertie ne saurait s’unir à un converti.

Le Métis issu de la même espèce( Homme-homme), sur le plan biologique n’est pas rejeté.Mais le croisement de deux espèces différentes est une malédiction.Donc,  l’hybride qui est une forme de métis est ce qui est inefficient, inopérant.La preuve, le mulet( qui est un animal hybride) est issu de deux parents: le cheval et l’ânesse ou bien l’âne et  la jument.Ce dernier est stérile. Ivraie est aussi improductive.Les satyres et autres sont improductifs.

    Pour conclure, ce n’est pas l’individu ( le métis ou la métisse) qui est visé par le texte biblique ni par la loi spirituelle du Seigneur. Mais plutôt  l’entreprise, le processus et l’intention de corrompre la nature dans ce qu’elle a de spécifique et d’unique.

Voilà différents types de métis.Sont-ils maudits?Pourquoi seraient-ils maudits, Messieurs les pharisiens modernes?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *